Oct 10, 2016

Les petits bonheurs.


A partir de cette semaine, je le dis haut et fort : il faut que je reprenne un rythme de publication normal ! Cela ne vous a pas échappé, Août a été silencieux mais je n'ai pas su me rattraper en Septembre. Octobre est déjà bien engagé et un tel relâchement ne peut plus durer.

Il faut dire que le quotidien est bien rempli ces temps-ci. J'ai énormément de mal à trouver ma zone de confort dans cette nouvelle vie.
Début Septembre, j'ai commencé ma formation de céramiste (rappelez-vous, j'ai quitté mon "travail de geek"). J'ai passé un premier mois merveilleux ! Une classe géniale, des profs passionnants (et passionnés), un environnement de travail fabuleux. Ca fait beaucoup d'adjectifs débordant d'amour mais... Vraiment ! C'est magique !!
Tous les jours de 9h à 17h, j'apprends, j'observe, je répète les mêmes mouvements dans l'espoir que ma mémoire corporelle saura les intégrer. Il y a des jours où j'ai l'impression d'avancer, d'autre où je recule de 3 cases. Mais je ne suis pas pressée, je comprends chaque jour une petite chose que je n'avais pas vue la veille (ou la semaine précédente).
Pour le moment, nous détruisons tout ce que nous produisons. C'est tout à fait plaisant de ne garder aucune trace concrète (on a le droit de prendre des photos) de ce que l'on réalise. Cela permet de ne pas s'attacher à des créations qui ne méritent pas d'être cuites. C'est quelque chose que j'avais déjà appris pendant mes études de graph et ce que l'on retrouve beaucoup dans l'esthétique et la philosophie japonaise : l'impermanence des choses. Bref, ça aussi ça me plait beaucoup !
Ce n'est pas facile de choisir des photos de ce que je fais pour les partager sur le blog, étant donné que la route est encore très longue. Cela permettra au moins de voir l'évolution.


En parallèle de la formation, je continue mon cours du lundi soir dans l'atelier sorti tout droit du Japon où j'avais commencé la céramique en Janvier dernier. Cet atelier est un havre de paix, tout vieux et un peu poussiéreux. De vieilles affiches japonaises se décollent par-ci par-là, le thé y est fait avec amour dans une jolie théière faite à la main et remué avec des baguettes ramenées du Japon, C'est sans chichi et pourtant, chaque détail m'aide à m'évader. Là-bas, c'est un peu comme si je sortais de mon corps qui s'active. J'y suis bien.

Le "mais" de tout ça, c'est internet ! Eh oui...
Avant je rédigeais mes articles entre midi et deux. C'était facile puisque je passais ma vie sur un ordinateur. Je faisais ma veille sur l'actualité japonaise de Paris tout au long de la journée, je ne loupais rien ! J'arrivais à avoir un rythme de publication honorable. Le soir, j'étais libre de faire autre chose. Mais, sans ordinateur de toute la journée, je rame ! La formation me fatigue tellement physiquement que je rentre K.O et je n'ai ni l'envie ni la foi de me plonger dans le blog. Un mois après, je commence enfin à reprendre le contrôle de ma fatigue et à me coucher (un peu) après 22h !
Pour les bentôs du matin, c'est le même problème ! Alors qu'avant j'avais le temps de les préparer en me levant à 7h, aujourd'hui il faudrait que je me lève à 6h pour être au point. 2h, c'est le temps qu'il me faut pour cuisiner, photographier la composition de la boîte à bentô et faire les gifs. Je n'ai aucunement la force de le faire pour le moment. Mais je vais trouver des solutions, car cet aspect du blog me manque beaucoup et j'ai des milliers de recettes à partager !


J'ai également repris le japonais. Parce que si je veux pouvoir repartir au Japon et rencontrer des potiers, je dois récupérer ce que j'ai perdu en langue et progresser !
Cette année je me suis inscrite à Tenri. Je crois qu'à ce rythme je vais essayer toutes les écoles de japonais (je vous ai déjà parlé de SNG ici par exemple). J'ai choisi Tenri après plusieurs témoignages positifs, mais aussi parce que cette école propose beaucoup d'ateliers, de spectacles et d'expos. Pour l'instant,  j'ai rejoint une classe agréable et le niveau me convient très bien. Je ferai certainement un article dessus lorsque j'aurai un peu plus éprouvé l'école.

Source Cuisine en bandoulière - crédit photo Nicolas Lobbestael
Le 22 Septembre dernier au restaurant Momonoki, Mathilda du blog Cuisine en bandoulière présentait son nouveau projet : la maison du mochi. Oui ! Sa boutique en ligne de mochi daifuku, faits maisons et avec amour ! Son idée est de faire découvrir cette pâtisserie japonaise (matcha, sésame noir, yuzu...), tout en la revisitant avec des saveurs plus de chez nous (bergamote, citron, amande, café...).Il ne faut pas que je vous en parle trop car je lui réserve un billet vraiment spécial lorsque sa boutique sera bien en route !
Mathilda, je suis son blog depuis ... pfiou des années ! J'aime énormément ses recettes, qui m'ont donné une foule d'idées sur l'utilisation du miso en cuisine autre que japonaise. Et je vous avais d'ailleurs parlé d'un de ses livres de cuisine autour du mochi, super bien conçu.
Bref, j'avais hâte de la rencontrer pour cette occasion, et je n'ai pas été déçue. J'ai découvert une personne tout à fait en accord avec la personnalité qui se dégage de son blog, souriante et pleine de vie. J'ai appris qu'elle organisait des ateliers de cuisine chez elle en Touraine, une journée entière. Je me suis fait la promesse d'aller essayer ça très bientôt !

Source Cuisine en bandoulière
Sinon, ca y est ! Axel et moi sommes mariés ! J'ai de gros articles déco, préparation, prestataires (en relation avec le Japon pour beaucoup) à vous partager et j'en trépigne d'impatience ! J'attends de recevoir le travail de notre merveilleux photographe David Latour (la photo ci-dessous est un petit avant-goût de ce qu'il a fait pour nous) pour illustrer tout cela.
C'était une journée de malade, un truc à cent à l'heure rempli de bonheur, de joie, de sourires, de confettis et d'amour. Un truc incroyable que je ne pensais pas aussi wouahou ! Mais je n'en dis pas plus. Bientôt...

Vous aimerez peut-être

6 comments:

  1. Hennn y'a une photo du mariage en avant première, c'est canon ! Tellement hâte de voir les autres !!

    ReplyDelete
  2. Ces petits bonheurs sont si agréables à lire ! Ton organisation va se roder peu à peu ;-)

    ReplyDelete
  3. Ouiii, le retour des petits bonheurs! Courage and keep on going <3

    ReplyDelete
  4. je comprends pour le rythme de publication, j'ai vraiment du mal à me remettre dans le bain.

    Je ne savais pas que Mathilda était à l'origine de la maison du mochi !! C'est vraiment un super projet que j'aimerais découvrir et goûter ^^
    Bon courage pour ta formation !

    ReplyDelete
  5. Aaaaaaaah des réalisations !!! Je veux en voir plus, même si elles sont éphémères ^^
    Courage pour ce nouveau rythme. Mais c'est que du bonheur. J'envie un peu ta situation, tu as l'air hyper épanouie, ça fait super plaisir ^^

    ReplyDelete
  6. il est où cet atelier tout droit sorti du japon ?
    ;-)

    ReplyDelete

Copyright Eugénie Rossi. Powered by Blogger.
Les photos portant l'estampille du blog ainsi que les textes ne sont pas libres de droit. Merci de me consulter pour toute utilisation.