Jan 13, 2016

La traversée des marais de feu de Senjôgahara | Japon 2015


Si nous avons choisi d'aller à Nikkô, c'est aussi pour la nature qui l'entoure. Nous voulions nous y perdre quelques heures, au calme. J'avais découvert les couleurs de Senjôgahara (戦場ヶ原 - le champs de bataille) à travers le blog de Jordy - anciennement Totoro times - et avais conservé le nom de ce lieu dans un coin de carnet jusqu'à l'automne dernier.

Au delà du lac Chuzenji, nous avons choisi de partir de la cascade Ryûzu no taki (竜頭ノ滝 - cascade de la tête du dragon), de traverser tous les marais de feu et de remonter jusqu'à Yumoto-onsen (湯元温泉), petite ville balnéaire en hauteur proposant onsens et hôtels confortables (ça c'est l'idée qu'on peut s'en faire quand on lit les prospectus mais la réalité est en fait toute autre!).

On rejoint facilement le début de la marche en bus en partant des gares de Nikkô. Il faut compter environ 1h de bus pour aller à la cascade Ryûzu, 3h de marche jusqu'à Yumoto-onsen puis 1h30 de bus pour redescendre vers Nikkô.


Des ours sont censés peupler les marais de feu et les forêts alentour. Ils sont signalés par des panneaux, mais nous n'en avons pas rencontré un seul. A part une classe de primaire et de rares personnes âgées descendant vers la cascade Ryûzu, nous étions seuls profitant des couleurs orangées alourdies par les nuages traînant. Un merveilleux spectacle me rappelant étrangement la Presqu'île des Dragoeufs sur le MMO Dofus. Presqu'île que j'avais réalisée du temps où je travaillais à Ankama et qui a été un des mondes que j'ai préféré créer : roche volcanique, flore asséchée  voire brûlée et points d'eau bouillonnants. Voici quelques screenshots que j'ai pu trouver :


Nous sommes arrivés au lac de Yumoto-onsen sans trop d'effort. Entouré de grands pins, donnant sur une cascade, lui aussi était recouvert de brume. Merveilleux, imposant le silence et la contemplation. Nous constatons petit à petit que Yumoto-onsen ressemble plus à une ville fantôme qu'à une station balnéaire florissante. Ce qui n'est pas pour me déplaire, j'aime beaucoup les endroits en dormance.


Une station essence à l'abandon depuis bien longtemps, une office de tourisme en rondins de bois vide de visiteurs, un homme étrangement immobile au bord de la route portant une cagoule KISS (un rien inquiétant si nous ne l'avions pas déjà croisé plus tôt dans la matinée occupé à faire du modeling avec son pote). L'odeur du soufre très marquée, l'ambiance était à son comble ! J'étais bien !


Nous avions décidé de venir jusqu'ici pour son onsen-ji, temple proposant des bains naturels au soufre. Le temps de faire quelques stamps à l'office du tourisme, nous voilà approchant le temple sobre et en retrait. Très bien reçus par une petite dame âgée, nous nous sommes acquittés du droit d'entrée (500 yen) et avons pu profiter des bains, séparément. Le tatouage n'a posé aucun problème car, encore une fois, le lieu était désert.
L'eau y était très chaude, vraiment ! Une surprise pour Axel qui découvrait le plaisir du onsen pour la première fois, dans une petite bicoque rongée par le soufre. Poétique !
Après le bain, nous nous sommes prélassés sur les tatamis de la salle de repos (vide elle aussi) tout en grignotant des crackers au riz et en buvant du thé vert proposé à volonté. La fatigue de la marche s'est évanouie totalement.


A l'extérieur du onsen-ji se trouvent plusieurs geysers de soufre que l'on peut approcher en suivant des pontons en bois. Le bleu laiteux et le vert saturé y sont magnifiques.

Nous avons sauté dans un bus pour redescendre vers Nikkô, encore et toujours seuls. En passant devant les immenses hôtels de la ville, nous avons compris que finalement les visiteurs n'avaient absolument pas besoin d'en sortir de tout leur séjour. Dans la ville, pas de restaurant, pas de konbini, tout semble se trouver à l'intérieur des hôtels.



Vous aimerez peut-être

7 comments:

  1. Magnifiques photos, Ça donne vraiment envie de s'y balader. Axel a de la chance d'avoir fait le voyage avec toi, t'es limite mieux qu'un guide ahah

    ReplyDelete
  2. Quelle belle excursion, ça change de ce que l'on a l'habitude de voir, a l’écart des touristes. Je ne connaissais pas le blog de Jordy, bonne découverte !
    Dofus me dit vaguement quelque chose ! Je ne savais pas que tu participais a la réalisation de jeux, wow *.*

    ReplyDelete
  3. Je regrette de ne pas être restée plus d'un jour à Nikko car cette endroit a l'air exceptionnel, en tous cas très différent de ce qu'on a l'habitude de rencontrer au Japon...
    Je suis étonnée de voir qu'il n'y a qu'une heure de bus pour accéder à la marche , car quand j'étais à Nikko tout me paraissais loin et j'ai passé une grande partie de mon temps dans les transports ><

    Merci de nous faire découvrir ce lieu reculé et très original ^^

    ReplyDelete
  4. Aurore > Qu'as tu fait d'autre à Nikko pour que tu aies l'impression de passer ton temps dans les transports ? Tu m'as mis le doute alors j'ai vérifié sur le fascicule d'horaires de bus et c'est bien ca : il y a pile 1h pour rejoindre la cascade et 1h15 très précisément entre Nikkô et Yumoto-onsen. :)En réalité ce n'est pas loin mais il y a tellement de serpentins dans la montagne que le bus roule à 50 km/h.

    Mochi > je suis ravie que cela te permette de découvrir le blog de Jordy. C'est une merveille de la blogosphère :)
    En fait je travaille effectivement dans la production de contenus de jeu vidéo. Je crée les niveaux et ai bossé sur Dofus il y a 3 ans maintenant.

    Virginie > j'attends que tu aies plus d'aisance avec la nourriture japonaise pour t'emmener :p je ne perds pas espoir !

    ReplyDelete
  5. Ah oui les arbres ressemblent à ceux de tes dragons oeufs ! La classe

    ReplyDelete
  6. D'accord, la prochaine fois que je retourne au Japon je mets directement Nikko dans les choses à faire et à voir *o*. Je suis sous le charme... Tes photos sont splendides, cette effet brumeux et le temps grisâtre à un effet sympathique (d'ailleurs, je peux te demander avec quoi tu prends tes photos ? J'ai un reflex, mais je n'arrive pas forcément à le maîtriser par ce genre de temps...).
    Je veux retourner au Japon :'(

    ReplyDelete
  7. Sonia > Si tu aimes ce genre d'ambiance tu ne le regretteras pas, en revanche après avoir lu d'autres articles sur Nikko, je me permets d'insister sur le fait qu'il faut vraiment y aller hors saison ! Sinon tu vas crouler sous la foule de touristes et tu n'auras pas ce côté hors du temps.
    Je prends mes photos avec 3 appareils : iPhone 4 (principalement), reflex Canon avec objectif de base (qui ne me satisfait pas toujours), et un argentique La Sardina pour l'aspect un peu flou et moins détaillé. Après je retouche toujours les niveaux et j'étalonne (photoshop ou lightroom).

    ReplyDelete

Copyright Eugénie Rossi. Powered by Blogger.
Les photos portant l'estampille du blog ainsi que les textes ne sont pas libres de droit. Merci de me consulter pour toute utilisation.