Mar 3, 2014

Kyoto à vélo | Hébergement et restaurants


Cet article recense les adresses à Kyôto que j'ai essayées et aimées. Il est mis à jour après chaque voyage si une nouvelle adresse coup de coeur a été découverte (et repartagés sur les réseaux sociaux pour notifier de ce changement). Un second article proposant les lieux touristiques que j'affectionne est disponible ici.

Le piège à éviter : rusher !

J'aime Kyôto, je peux même dire que j'adore ! Mais ca n'a pas été le cas tout de suite. La première fois que j'y suis allée, c'était façon "pauvre étudiant sans le sou" : avec un groupe d'amis aussi démunis que moi, nous sommes partis de Tokyo où nous avions loué une guest-house pour le mois entier. Le budget étant très serré, nous avions décidé de rejoindre Kyôto en bus de nuit (7h de trajet pour environ 16 000 yen A/R je crois), de visiter les sites incontournables et de repartir pour Tokyo le soir même encore en bus de nuit. Cela nous évitait de payer la moindre nuit sur place, et ca a été une cruelle erreur ! Arrivés à 6h du matin à la gare de Kyôto, nous avions décidé de nous déplacer exclusivement à pieds et de visiter :
- les temples Hongan-ji
- le Palais Impérial et ses jardins
- le centre textile de Nishijin
- le Kinkaku-ji
- le quartier de Gion
- la gare et la Kyôto tower
Inutile de dire que nous avons couru dans tous les sens, et n'avions pas en tête les grandes côtes à monter pour atteindre le Kinkaku-ji. Nous n'avons profité de rien, sous la horde de touristes et la chaleur écrasante d'Août. Ce jour-là, l'étang du Kinkaku-ji était d'ailleurs particulièrement sale. Cette journée m'a fait détester Kyôto...
Nul, zéro, chiant, à ne pas faire !

Trouver une bonne auberge 

J'y suis retournée plusieurs fois après ce fiasco et ai trouvé l'idée de prendre mon temps plutôt intéressante. Si vous avez du temps devant vous, n'hésitez pas à passer plusieurs jours sur place, ils ne seront certainement pas perdus.
Pour ce qui est de l'hébergement, j'ai pour le moment 2 auberges à vous recommander chaudement.


La Gojo guest house : pas chère mais prise d'assaut ! Il faut s'y prendre très longtemps à l'avance pour être sûr d'avoir une place, tant elle vaut le détour. Le confort est un peu rustique mais le charme du vieux bois un peu affaissé et grinçant compense largement. Et les tartines au miel du matin, mon Dieu ! Le staff est adorable, super disponible et propose de la bonne musique tout au long de la journée. Le coin café du rez-de-chaussée est très accueillant, on s'y sent chez soi. Ils proposent également la location de vélos et disposent de 4 sentôs dans le quartier (pour plus d'informations à ce sujet, lisez donc mon article "Quid du tatouage au Japon").  
Attention, si vous voyagez accompagnés du Guide du Routard Tokyo-Kyôto 2013-2014, il y a une erreur concernant le chemin à prendre pour rejoindre cet hôtel : ne descendez pas à la station Gojo mais à Kiyomizu Gojo. Vous pouvez aussi jeter un oeil à mon article coup de gueule sur ce guide. Je dois vérifier si les erreurs que j'ai relevées ont été corrigées dans les versions plus récentes.



Le Riverside Takase Hotel : peu cher également et bien placé, en bord de canal. Le gérant n'est toutefois pas le plus aimable de la terre. Le confort est meilleur qu'à la Gojo guesthouse, et on y retrouve le bois grinçant , on sait qu'on est à Kyôto ! Ils ne louent pas de vélos, mais j'ai cru voir qu'il y avait des loueurs dans le coin maintenant (à l'époque j'avais opté pour une location tout en haut de la fourche de la Kamo-gawa peu onéreuse mais loin). Pas de petit déjeuner proposé mais des frigos sont à disposition pour stocker sa propre nourriture. 
Attention, en cas de sensibilité ou d'allergie aux piqûres de moustiques, le canal au pied de l'hôtel sera un enfer pour vous.



Manger !

Contrairement à un tas d'autres villes, dans lesquelles je me sens capable de tester n'importe quel lieu qui propose à manger, j'ai quelques difficultés à trouver des restaurants à Kyoto. J'ose moins m'aventurer au hasard du flair dans les échoppes. Je ne sais pas trop pourquoi. Mais voici tout de même quelques adresses à ne pas louper.


Le restaurant Okudohan est un vrai trésor, où le riz cuit à l'ancienne au feu de bois côtoie merveilleusement bien une ambiance musicale soul et hip hop ! Cette petite maison en bois super oldschool, au personnel super joyeux et sympathique propose un menu unique, de saison, à 1080yen (1350 avec boisson chaude et dessert). Lorsque nous y sommes allés, tous les petits plats étaient délicieux ! Le midi une file d'attente devant le restaurant pourrait décourager, mais il ne faut pas faiblir. Extrêmement bien placé, pas loin du grand marché couvert (et de la boutique Bento&Co), il n'est pas difficile d'insérer une halte gourmande dans son planning de visite !





Le grand marché couvert Nishiki (j'adore j'adore j'adore les marchés!) est bluffant par la mise en scène de ses étals et la multitude de jolis bonbons colorés qu'on peut y trouver (qui sont une chouette idée cadeau au passage) ! Il propose aussi beaucoup de petits restaurants à tester. Celui que j'ai choisi n'était pas sensationnel, je ne me souviens même plus de son nom... Alors à vous de fouiller !





Pour la vue, et parce que le patron est français, vous pouvez vous arrêter au Kawa Cafe. La terrasse s'avance vers la rivière Kamo-gawa. Le cheesecake et la charlotte aux framboises sont délicieux, même si on aurait envie d'avoir des parts un peu plus généreuses ! La serveuse qui nous a accueillis était japonaise et parlait très bien français. 



J'ai aussi eu ma crise de manque de plats européens, alors j'ai testé une très bonne pizzeria : Amore Kiyamachi. Pendant que les couples autour de moi se partageaient dignement une petite pizza, j'ai décidé de goûter un plat de pâtes et une pizza. Tout était délicieux, même si un peu cher. Ca fait quand même du bien de faire un break !





Une copine japonaise qui a vécu plusieurs années à Kyôto m'a donné plusieurs adresses de salons de thé pour déguster de bonnes glaces japonaises. C'est Gion Koishi que j'ai testé en premier et que je vous recommande à mon tour. 
Très prisé, ce salon de thé oblige souvent à la patience. Lorsque j'y suis allée, j'ai été relativement chanceuse car il n'y avait pas de file d'attente. Apparemment c'est assez rare ! 
En amoureux, nous avons dégusté 2 parfaits bien typiques et de saison dont l'un au sucre noir d'Okinawa et à la crème de marron. Un vrai régal ! Au passage, excusez la photo merdique, mais notre élan de niaiserie face à ces deux parfaits nous a fait oublier de faire des photos sérieuses en cas d'article sur le blog... Je n'ai plus les prix en tête mais une petite halte chez Koishi en vaut la chandelle, surtout que vous passerez forcément devant si vous visitez Gion !




Floresta est une chaîne de donuts faits à partir d'ingrédients "bio". Ca se sent d'ailleurs à leur texture, un peu plus sèche que les donuts habituels bourrés de graisses saturées. Et les beignets proposés sont d'un mignon rare : chatons, cochons, grenouilles... Le choix est terriblement difficile ! On trouve cette chaîne un peu partout, mais je vous donne le plan de la boutique de Kyôto. C'est toujours sympa d'en déguster un, assis sur les rochers de la rivière kamo-gawa. 



Louer un vélo et prendre son temps

Kyôto étant plat sur tout son centre ville, je vous l'écris en gras : la visite à vélo est la plus agréable ! On profite allègrement de l'ambiance particulière qui émane des rues, notamment le quartier autour de la rivière Kamo-gawa et du canal. La ceinture de la ville est plus en hauteur, formant ainsi une cuvette. C'est toutefois parfaitement gérable en pédalant, même si l'été cela semble plus fatigant. Si vous préférez vous faire transporter sans effort, le bus est une bonne alternative. Renseignez-vous sur les pass à la journée (500yen) qui seront très vites rentabilisés (un aller simple partout dans la ville coûte 220yen). Le réseau de métros étant beaucoup moins dense qu'à Osaka ou Tokyo, je ne l'ai jamais utilisé. 

S'il fait beau, vous verrez beaucoup d'enfants traverser la rivière les pieds dans l'eau jusqu'à de gros rochers centraux pour attraper des libellules. Le très bas niveau d'eau permet de profiter de la fraicheur et de la tranquillité des berges. Posez votre vélo, sortez votre petit pique-nique et détendez-vous. C'est un de mes meilleurs souvenirs kyôtoïtes.

Vous aimerez peut-être

10 comments:

  1. Je ne suis allée qu'une fois à Kyôto et j'avais beaucoup aimé. J'espère y retourner un jour, en basse saison (si il y a) et je profiterais de tes conseils merci :)

    Floresta !!!

    ReplyDelete
  2. J'avoue que Kyoto n'est pas ma ville préférée... mais il y a des endroits magnifiques comme Arashiyama. Je ne l'ai jamais visité à vélo. La prochaine fois, peut-être !

    ReplyDelete
  3. Silecee > J'ai mis du temps à vraiment apprécier aussi, et meme si ce n'est pas ma ville préférée, il y a tellement de choses du passé à vivre que j'aime énormément !

    ReplyDelete
  4. J'aime aussi beaucoup Kyoto et ce dès la première fois où j'y suis allé. J'avais d'ailleurs logé au Gojo Guest House (l'annexe) et je confirme que c'est très sympa. Les proprio sont cools et m'ont payé un petit resto en plein milieu de la nuit alors que je rentrais. Vraiment bien =)

    ReplyDelete
  5. Ah Le Riverside Takase Hotel ! Ce fut aussi notre lieu de résidence pendant le séjour (trop court) à Kyoto. Comme tu le soulignes bien, le gérant est assez froid mais de bon conseil sur les beaux endroits à ne pas louper !
    On avait fait le quartier de Gion à bicyclette, le top pour passer partout et s'arrêter à la moindre occasion pour boire un thé dans des lieux magiques comme il n'en existe qu'à Kyoto ...ça y est je suis nostalgique !

    ReplyDelete
  6. Est-ce que le livre t'a plu alors ? Tu y a retrouvé l'ambiance de ta visite au Mont Koya ?
    Pour nous aussi, ça a été une claque, et le mont Koya reste un de mes meilleurs souvenirs du Japon.

    Mystique, fantasmagorique, on se croirait hors du temps... Et malgré le prix, dormir chez les moines, et se réveiller avec eux à l'aurore est une belle expérience !

    Si ça t'intéresse, je peux demander à Rémi de te donner l'adresse du temple le moins cher du Mont Koya. :)

    Est-ce que tu es allée à Kurama, au nord de Kyoto ?

    ReplyDelete
  7. J'adore aussi Kyoto. C'est ma ville préférée au Japon (et pourtant j'aime vraiment chaque endroit que j'ai visité mais Kyoto est une ville particulière... )
    Comme je séjournais à Osaka il était facile de m'y rendre plus souvent...
    J'ai fêté 2 jours de l'an à Kyoto ... c'était magique !

    ReplyDelete
  8. Sandrine > Oui j'ai adoré votre livre. Il m'a rappelé beaucoup d'emotions vécues dans l'oku no in.
    J'aimerais effectivement bien tenter de dormir chez les moines un jour, mais il faudra que je coupe ailleurs dans le budget pour ca. Je veux bien l'adresse de celui ou vous êtes allés, carrément.
    Nous ne sommes pas encore allés a Kurama, pareil ca fera l'objet d'un prochain voyage. J'ai un carnet ou je note les futures destinations.

    Eydna> tu m'etonnes, c'est tellement simple d'aller à Kyoto a partir d'Osaka. Tu as fait des articles ou mis des photos en ligne de ces jours de l'an? Ca devait être assez magique dans cette ville !

    Je suis ravie de voir que certaines personnes ici corroborent mes impressions sur les 2 hotels que je recommande !

    ReplyDelete
  9. Pour le marché, je te rejoins ! Toutes ces couleurs et aliments inconnus : un vrai plaisir pour les yeux !

    ReplyDelete

Copyright Eugénie Rossi. Powered by Blogger.
Les photos portant l'estampille du blog ainsi que les textes ne sont pas libres de droit. Merci de me consulter pour toute utilisation.